20/02/2013

VICTOR HUGO

 

 

 

1651115.jpg

 

 

 

La coccinelle

Elle me dit : Quelque chose
Me tourmente. Et j'aperçus
Son cou de neige, et, dessus,
Un petit insecte rose.

J'aurais dû - mais, sage ou fou,
A seize ans on est farouche,
Voir le baiser sur sa bouche
Plus que l'insecte à son cou.

On eût dit un coquillage ;
Dos rose et taché de noir.
Les fauvettes pour nous voir
Se penchaient dans le feuillage.

Sa bouche franche était là :
Je me courbai sur la belle,
Et je pris la coccinelle ;
Mais le baiser s'envola.

- Fils, apprends comme on me nomme,
Dit l'insecte du ciel bleu,
Les bêtes sont au bon Dieu,
Mais la bêtise est à l'homme.

(Victor HUGO)

1629773.jpg

LEGENDE

Au temps jadis, au Moyen Age, sans doute, un homme fût accusé d'un crime qu'il n'avait pas commis. Ses juges ne l'en condamnèrent pas moins à être décapité.



Au moment où le malheureux allait poser la tête sur le billot, il aperçu une coccinelle et, craignant de l'écraser, il la saisit délicatement pour l'éloigner de l'instrument de supplice. Les juges qui étaient présents virent ce geste. Ils se regardèrent avec étonnement et, d'un commun accord, décidèrent qu'un homme qui faisait preuve d'un cœur aussi sensible ne pouvait être un criminel.

L'innocent fût gracié séance tenante, et les spectateurs convaincus que le Très-Haut avait envoyé la bestiole pour sauver le condamné, donnèrent spontanément à l'insecte sauveur le nom de Bête à Bon Dieu.

 

22:56 Écrit par marie dans Poemes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.